L’ostéopathie: une carrière prometteuse en médecine douce

Daniel Parent soin ostéopathique

Les cliniques de médecines douces sont de plus en plus nombreuses au Québec. Parmi les services qui y sont proposés, nous retrouvons l’ostéopathie. De quoi s’agit-il et qu’est-ce qui différencie cette discipline des autres?

Cette profession décrite et expliquée par D. Parent ostéopathe à Longueuil.

Qu’est-ce que l’ostéopathie?

L’ostéopathie est une médecine alternative. Ses soins sont prodigués par un thérapeute: l’ostéopathe. Ce dernier perçoit le corps humain comme étant un tout, une structure fonctionnelle, qui a la capacité d’auto-guérison et d’auto-régulation. Son rôle est de stimuler ces capacités par des manipulations douces.

L’ostéo est autonome dans sa pratique, mais peut aussi travailler en collaboration avec d’autres intervenants du réseau de la santé, si un diagnostic est émis, par exemple.

Dès la première rencontre, il procède à sa propre investigation avec l’aide d’un questionnaire (l’anamnèse) et un examen se basant sur des tests de mobilités, des observations et des palpations. La source de douleur identifiée, il peut procéder au traitement.

Il peut aussi émettre des recommandations concernant des exercices, une routine et l’alimentation.

 L’ostéo pour qui?

Cette médecin holistique s’adressent à tous:soin ostéopathique à la tête

Ce professionnel accueil une clientèle variée.

L’ostéo pour quoi?

Il serait sûrement plus simple de citer les contre-indications pour lesquelles l’ostéopathie ne peut pas intervenir, puisqu’elle est indiquée pour soigner bien des maux:

  • Difficultés digestives
  • Douleurs musculaires et d’articulations
  • Troubles neurologiques et psychiques
  • Séquelles de traumatismes
  • Déséquilibre du système circulatoire, pulmonaire et urinaire

Et plus. Ce thérapeute possède donc une vaste connaissance de l’anatomie et des pathologies.

Quand consulter?

La plupart des patients attend une crise de douleur pour consulter un ostéopathe. Dans ce cas, trois à quatre rencontres sont nécessaires pour soulager le patient et atteindre ses objectifs.

Or, ce professionnel mise aussi sur l’importance de la prévention et il recommande à ses clients un suivi aux six mois pour une vérification.

Qui est l’ostéopathe?

On le reconnait par sa sensibilité, son équilibre émotif, ainsi que son aptitude pour la biologie et les sciences physiques. Il a une bonne écoute active, un sens du jugement développé et une facilité à communiquer. Il est autonome, responsable et a une habileté pour les affaires.

Formation et études

Au Québec, la formation en ostéopathie est obligatoire. Celle-ci comprend l’enseignement de l’anatomie, la physiologie, l’évaluation clinique, la posture et l’équilibre, etc.

Cette formation est seulement disponible dans les écoles et collèges privés, comme le Collège d’Études Ostéopathiques du Québec. Les critères d’admission varieront d’un établissement à un autre. Détenir un diplôme d’études collégiales (DEC) ou universitaire en science de la santé ou de la nature est toutefois un atout.

Pour recevoir son diplôme en ostéopathie (D.O.), l’étudiant doit réussir un examen clinique devant jury. Il doit aussi rédiger et présenter, devant ce jury, un mémoire sur une étude ostéopathique.

Prenez note que le terme docteur en ostéopathie est réservé aux praticiens ayant complété leur formation en médecine et possédant une spécialisation en ostéopathie aux États-Unis.

Ordre professionnel

La création d’un ordre professionnel encadrant le métier de l’ostéo est en cours, au Québec. En 2014, l’Office des professions du Québec (OPQ) a mis sur place une équipe de travail pour étudier le projet.

Pour le moment, l’ostéopathie est un service privé. S’il est réglementé par une institution, il pourrait alors devenir un soin accessible via le réseau publique de santé, par exemple. L’association Ostéopathie Québec informe régulièrement des avancements dans ce dossier.

Il existe aussi l’Association Québécoise des Ostéopathes. Cet organisme a but non lucratif a pour mission d’informer et de répondre aux questions du public et de ses professionnels membres.

Les perspectives de carrière

On retrouve souvent l’ostéopathe en clinique privée, à titre de travailleur autonome, ou dans les centres de réadaptation.

Il est difficile d’évaluer le salaire annuel de cette profession puisque plusieurs d’entre eux jumèlent leur pratique avec une autre discipline. C’est le cas des physiothérapeutes ou chiropraticiens, par exemple.

La population faisant de plus-en-plus confiance en la médecine douce, les perspectives d’avenir pour cette carrière sont excellentes. D’autant plus qu’avec la création d’un ordre professionnel, elle se fera d’avantage connaitre du public.

Soyez le premier à laisser un commentaire sur "L’ostéopathie: une carrière prometteuse en médecine douce"

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.


*